Entrevue avec Marc Boscher | La Gare
Accès membre
Mot de passe perdu
Marc Boscher

Entrevue avec Marc Boscher

Pour commencer, j’aimerais te demander comment c’était le Founder Institute ?

Je pense que ma réponse risque d’être similaire à plusieurs personnes: c’était intense! J’étais un des plus âgés de la cohorte. C’est la première fois que c’était pour ma propre business et non celle de quelqu’un d’autre. Je me suis enfin lancé! J’avais aimé la structure et le concept du programme, lors de la conférence de Sergio. J’aimais aussi le fait de devoir se dépasser et donner le meilleur de soi-même. Il y a peut être une petite dose de masochisme en moi aussi qui a fait pencher la balance (Rires). Donc, j’ai demandé à ma femme si elle était prête à ce que je sois un peu absent durant les quatre prochains mois.

Quel est ton poste/emploi ?

Je suis fondateur et CEO d’Unito. Avant, j’étais dans d’autres startup en charge du développement de produits et des technologies. Aussi, moi et mon équipe avons gradué de Founder Institute. Nous avons été les premiers de la cohorte et nous avons gagné le prix du meilleur pitch, on ne s’attendait pas à cela. Lors du Start-Up Fest, nous avons gagnés un des concours qui nous a valu une place avec l’accélérateur Founder Fuel.

Qu’est-ce que ton entreprise Unito ?

C’est une application qui permet aux gens de collaborer avec les outils de leur choix, en gestion de projets et en gestion de tâches. Tout le monde a son application préférée, nous on permet de les connecter ensemble pour qu’ils puissent mieux collaborer. Que ce soit Trello, Asana, Base Camp,… À la base ils ne sont pas compatibles, Unito intervient pour les rendre compatibles. Par exemple, un gestionnaire de projets utilise Asana et il collabore avec un développeur qui utilise un autre outil pour gérer tout son développement. Le gestionnaire de projets pourra communiquer via son application préférée, pour partager des tâches et du contenu avec le développeur sans changer d’application ou de devoir envoyer des courriels. Les gens ne veulent généralement pas changer leurs méthodes habituelles de travail. Nous sommes présentement en beta privé, ce qui veut dire que les gens peuvent s’inscrire sur une liste d’attente et ils seront les premiers informés avant notre lancement public à l’automne, avec le produit amélioré.

Quelles sont tes études ?

J’ai fais un baccalauréat en informatique à McGill. J’ai lâché pour partir une première startup en 1999 pendant la première grosse récession de l’informatique (la bulle des dotcom). Il y en a une où j’ai resté pendant dix ans, on faisait de l’affichage numérique pour remplacer les étiquettes de prix sur les écrans tactiles de cellulaires et ça s’est vendu partout en Europe. Pendant le BAC, j’ai participé aux Jeux de Génie. On a pris un peu ce même concept et on a parti les Jeux de l’informatique (Computer Sciences Games). C’est vraiment le fun, il y a un volet social et un volet informatique. Nous sommes une organisation sans but lucratif, qui choisit quelle école va recevoir les Jeux pour la prochaine année et qui va former les jeunes. On espère un jour rebalancer notre réputation de “geeks qui ne savent pas communiquer”. Le ratio des femmes n’est pas très bon non plus. Pour revenir à la question, je suis revenu terminer mon BAC, car je sentais qu’il me manquait de la théorie. Je crois que mon expérience de travail avant mon retour à l’école, m’a apporté beaucoup de positif et une meilleure lancée, pour mieux assimiler la théorie vue en classe.

À quoi ressemble une journée typique dans la vie de… “Marc Boscher” ?

Chaque journée est complètement différente. La seule chose typique dans ma vie d’entrepreneur, c’est que je n’arrive jamais à faire tout ce que j’avais de prévu. Chaque jour j’ai ma liste de choses à faire, mais je n’ai jamais un bon taux de rendement rendu vers la fin de la journée.

As-tu déjà résidé dans d’autres pays ? Si oui, lesquels ?

J’ai habité deux ans à Calgary quand j’avais 16 ans. Sinon, en travaillant pour des startups et des compagnies européennes, ça m’a permit de beaucoup voyager. Ce n’était jamais des vacances et ceux qui voyagent pour le travail comprennent probablement ce que je veux dire. C’était vraiment pour travailler et non m’amuser. Pour le plaisir, mon dernier voyage était au Portugal l’an passé avec ma fille.

Quel est ton âge ?

35 ans.

Qui t’inspires (modèles, influenceurs)?

J’ai été vraiment chanceux, toutes les startups que j’ai pris part, il y a quelqu’un qui m’a pris sous son aile. J’ai des gens qui ont cru en moi et qui m’ont dirigés. Ça a commencé quand j’avais 18 ans et que j’installais des réseaux de sites web. J’ai reçu un appel et je me suis retrouvé à travailler dans un sous-sol et à aider au niveau technique. J’admire tous ces gens qui ont cru en ma personne.

Quel est ton moyen de relaxer?

Je ne relaxe pas… Ça m’arrive parfois de faire des siestes à La Gare.

Quelle est ta plus grande réussite?

Ma fille et ma famille, mais aussi d’être capable de faire les deux. Ma femme dirait peut-être que je ne suis pas si bon que ça pour combiner les deux, mais bon! (Rires) Sinon, je suis heureux d’avoir toujours saisi les opportunités lorsqu’elles se présentaient. Je ne regrette rien.

La clé du succès selon toi ?

Si je la connaissais je ne serais pas ici !

Quel est le plus grand défi auquel tu as dû faire face (dans le cadre de ton travail) ?

Tu dois y croire constamment! Ne pas cesser d’y croire même quand tu y crois moins. Faire la balance entre le doute et la forte confiance. D’un côté, tu démoralises et de l’autre, tu deviens aveuglé quand tu y crois trop. Ça… C’est difficile! Le roller coaster entrepreneurial! Une journée tout le monde croit en toi, les affaires vont bien et, le lendemain c’est comme une claque dans la face et tu dois refaire tes preuves, tu as l’impression que tu dois tout recommencer à zéro. C’est ça qui est difficile.

Quelle est la chose la plus folle que tu as fait pour parvenir à tes fins ?

La liste doit être longue en tabarnouche… (Sourire) J’aime pas prendre un “non” comme une réponse. Je m’acharne constamment pour parvenir à mes fins.

Que conseillerais-tu aux entrepreneurs qui veulent réussir ?

Go! Go! Go! De l’énergie et de la “drive”! Il faut se lancer c’est tout ! Rien ne m’attriste plus que de voir des gens pas sûrs d’eux et trop indécis à se lancer pour de bon. Cette ligne de pensée m’a toujours servi. Mieux vaut avoir des remords d’avoir fait quelque chose, que des regrets de ne pas avoir essayé.

Où te vois-tu d’ici cinq ans?

J’aimerais que ma compagnie devienne leader dans son domaine. Et surtout qu’on reste une bonne équipe.

Quels sont tes endroits préférés à Montréal ? (détente, sortir, restaurant,…)

N’importe quel endroit qui sert de la Guiness en fût.

As-tu une obsession particulière (rituel, quelque chose que tu fais à répétition)? Si oui, laquelle?

La sieste! C’est mon nouveau rituel… Après le lunch, la petite sieste elle fait du bien. Aussi, mon 5 à 7 famille. Souper, bain, dodo.

Quels outils ou applications utilises-tu pour travailler plus efficacement ?

J’en connais beaucoup! Personnellement, j’utilise beaucoup Asana mais j’en impose aucune.

Avec qui rêverais-tu de travailler ? Pourquoi ?

Des gens qui adorent leur travail. C’est une quête éternelle… L’équipe parfaite semble toujours changer. L’énergie ce n’est pas tout le monde qui l’a!

Je te donne 50000$… Qu’est-ce que tu fais avec ?

Je le mets dans ma compagnie et j’en redemande plus.

À retenir:

Présentement à la recherche d’un développeur Java Script pour se joindre à l’équipe Unito. Personne qui est très API et NodeJS.

On peut suivre Marc sur son compte Twitter personnel, celui de l’entreprise, ou leur site internet @marcboscher, @unitoio et www.unito.io

Avis aux intéressés, Marc est prêt à offrir des formations s’il y en a qui veulent des conseils sur les outils et\ou la méthodologie de tâches et gestion de projets/personnelle:

  • Apprendre à utiliser Asana, Agile, etc.
  • Comment mieux s’organiser?
  • Productivité personnelle (méthode GTD: Get Things Done)
  • N’hésitez pas à le contacter!
No Comments

Post A Comment